Skip to Content

About: Satou Dosso

Recent Posts by Satou Dosso

Nouveaux gérants, nouvelle cuisine au JOKER-le bistrot du musée !

Le 1er octobre dernier, une nouvelle gérance a pris en main le Joker-le bistrot du musée. À sa tête, Anthony Simonian, 27 ans, diplômé de l’École hôtelière et mention en sommellerie en France. Il se présente :

« Après mes études je suis parti travailler à Londres en tant que sommelier, et j’ai ouvert mon premier restaurant a mon retour en région parisienne, début 2016.

Au Joker, nous proposons une carte de style brasserie avec que des produits maisons : foie gras, filet de bœuf, burger, filet de perche etc. Une cuisine et une présentation raffiné, élaboré par notre chef Zoltan Mathus, qui nous vient d’Hongrie. Ce dernier a appris le métier de cuisinier à Bordeaux (France), mais aussi en Corse et pour finir en Suisse dans plusieurs établissements renommés.

Nous proposons une carte des vins de plus de 50 références, allant de CHF 21.- à CHF 180.- avec des vins renommés (Marie Thérèse Chappaz, château pontet Canet etc.).

Retrouvez aussi chaque jour une formule de midi à CHF 21.-, des fondues moité-moité, un menu enfant à CHF 14.- et des glaces, paninis, gaufres et tartes a toutes heures ! »

 

0 0 Continue Reading →

Programme d’activités septembre-décembre 2019

Découvrez dès maintenant le programme des activités et animations du Musée de septembre à décembre :

Programme d’activités sept-dec 2019

20 Continue Reading →

« Jouer dans l’antiquité : identité et multiculturalité » publié dans la revue Archimède !

En octobre 2014, des spécialistes du jeu se sont réunis au Musée Suisse du Jeu pour participer au colloque Jeux et multiculturalité dans l’Antiquité gréco-romaine organisé en collaboration avec l’Université de Fribourg. Le dossier thématique qui en a découlé a été publié dans la revue Archimède n° 6, 2019.

Ce dossier ouvre plusieurs pistes de recherche sur les enjeux identitaires, réels ou imaginaires de la culture ludique antique dans la longue durée, de l’Égypte pharaonique à la fin de l’Antiquité.

Par Véronique Dasen, professeure en archéologie classique à l’Université de Fribourg, et Ulrich Schädler, directeur du Musée Suisse du Jeu.

Introduction du dossier

Revue Archimède n° 6, 2019

0 1 Continue Reading →

PHILIDOR, portrait d’un champion d’échecs

 

François André Danican Philidor est un des premiers joueurs d’échecs à mériter le titre de champion du monde. Il est connu pour sa maxime « les pions sont l’âme des échecs » et pour son livre à succès l’Analyse du jeu des échecs.

Né en 1726, ce français d’origine écossaise est musicien comme de nombreux membres de sa famille. C’est autour de ses dix ans, alors qu’il fait partie du chœur de la Chapelle Royal de Versailles, qu’il découvre les échecs.

Philidor arrive à Paris vers 1740. Il gagne sa vie grâce à la musique, mais n’oublie pas sa passion des échecs. Le café de la Régence, célèbre lieu de rendez-vous des joueurs de l’époque, devient rapidement son quartier général.

À 18 ans, faisant déjà partie des meilleurs joueurs, il tente le jeu à l’aveugle (sans regarder l’échiquier, en retenant mentalement la partie), tout d’abord contre un adversaire, puis en deux partie simultanées qu’il remporte. Durant sa vie, il affrontera les meilleurs joueurs de l’époque en France, en Angleterre ou encore en Hollande.

 

En 1748, Philidor rédige un des plus grands classiques de la littérature échiquéenne, l’Analyse du jeu des échecs, qui rencontre un énorme succès. Son ouvrage sera traduit en plusieurs langues et réédité plusieurs fois. Il est vu comme le premier théoricien du jeu d’échecs.

Malgré ses exploits, ses revenus variables ne lui permettent pas de subvenir aux besoins de sa famille. Il fait donc de nombreux aller-retours entre la France et l’Angleterre pour animer le Club d’échec de Londres, contre rémunération.

Bloqué en Angleterre durant la révolution française, il décèdera là-bas en 1795.

 

 

 

 

 

Références :

Sergio Boffa, François André Danican Philidor, La culture échiquéenne en France et en Engleterre au XVIII siècle.

Larousse du jeu d’échecs, 1977

Photos :

Wikipedia

Musée Suisse du Jeu

0 0 Continue Reading →

#6 – La petite histoire des échecs

Les échecs et l’informatique

Les recherches sur l’adaptation du jeu d’échecs sur ordinateur commencent à prendre forme durant les années 60. C’est Mikhaïl Botvinnik, champion du monde de son époque, qui décide de se retirer des championnats pour se consacrer à l’élaboration du programme informatique Kaïssa. Le premier championnat du monde intermachines a lieu à Stockholm en 1974 et c’est Kaïssa qui le remporte.

Durant les années 80, le phénomène s’intensifie. C’est à cette époque qu’apparaissent les premières machines qui jouent de manière autonomes aux échecs, les « échiquiers électroniques ». L’amélioration des ordinateurs, au milieu des années 80, permet à des programmateurs toujours plus nombreux de développer des programmes de plus en plus efficaces. L’intérêt des joueurs s’accroit et les investissements dans le secteur de l’informatique échiquéenne suivent rapidement. Les logiciels se précisent et la diversification des produits ne fait que grandir.

0 0 Continue Reading →

Quai des Musées Vevey-La Tour

15 minutes à pied – 5 musées à découvrir !

Vous êtes invités à une promenade le long du Quai des Musées entre la Place du Marché de Vevey et le Château de La Tour-de-Peilz. Découvrez la culture et l’histoire dans un panorama à couper le souffle, à travers 5 musées :

Le Musée suisse de l’appareil photographique

L’Alimentarium, Musées de l’alimentation

Le Musée historique de Vevey

Le Musée de la Confrérie des Vignerons

Le Musée Suisse du Jeu

Flyer Quai des musées FR

0

#5 – La petite histoire des échecs

Les pièces « Staunton »

En 1849, Nathaniel Cook fait breveter le design des pièces d’échecs standards que nous connaissons aujourd’hui. Un set formé de pièces reconnaissables, élégantes et solides sont alors produites par John Jaques, beau-frère du champion du monde d’échecs de l’époque, Howard Staunton. Lors de la première production en 1849, Jaques demande la permission à Staunton de nommer les pièces par son nom et d’utiliser son autographe sur la boîte. Cela lui permet d’utiliser la
notoriété du champion pour vendre ce nouveau set. Les pièces « Staunton » deviennent le standard international.

© Collection du Musée Suisse du Jeu

Pièces Staunton, fin du 19e s.

0 0 Continue Reading →

HORS LES MURS – Ludique, jouer dans l’Antiquité

Jusqu’au 1er décembre, le Musée romain de Lyon présente l’exposition LUDIQUE, jouer dans l’Antiquité. Une exposition réalisée en collaboration avec le Musée Suisse du Jeu.

Le jeu durant l’Antiquité, sous toutes ses formes. C’est le thème de l’exposition LUDIQUE. Grâce aux prêts de plusieurs musées européens, parmi lesquels des objets d’une grande rareté, le visiteur découvre les jeux auxquels s’adonnaient nos ancêtres de l’Antiquité, et peut s’initier à certains d’entre eux grâce à un espace-jeu inédit. Dans une scénographie originale sous forme de marelle, les huit thématiques de l’exposition sont mises en scène de façon ludique. Passé et présent sont reliés au travers de jeux actuels s’inspirant de la période antique.

Plus d’infos

 

0 Continue Reading →

#4 – La petite histoire des échecs

Le 19e siècle et l’internationalisation du jeu d’échecs

Au 19e siècle, les échecs s’internationalisent et se standardisent grâce aux nombreux compétitions et championnats qui voient le jour. Des journaux spécialisés sont édités et des clubs sont créés.

En 1886 a lieu le premier championnat du monde officiel.

© Collection du Musée Suisse du Jeu

Jeu d’échecs indien fabriqué pour le marché britannique, milieu du 19e siècle

0 0 Continue Reading →

#3 – La petite histoire des échecs

Les règles modernes se dessinent

C’est probablement à Valence, au 15e siècle, que le déplacement « long » de la reine et du fou, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est introduit. Le vizir qui était la pièce la plus faible du jeu devient la pièce la plus forte. Une modification qui transforme le jeu en un jeu dynamique aux retournements de situation soudains.

En 1694, l’anglais Thomas Hyde publie le premier livre scientifique sur l’histoire des échecs « Historia shahiludii ».

Au 18e siècle, les échecs deviennent de plus en plus populaire et plusieurs études sont publiées.

© Collection du Musée Suisse du Jeu

Traité du jeu d’échecs, Nouvelle édition A.D. Philidor, 1777

0 0 Continue Reading →

 

Recent Comments by Satou Dosso